Sal
Orage de Belmont Site réalisé en homage à mon cheval de race Akhal-Teke, têtu et très fougueux! Un amour de cheval de selle avec qui j'ai réalisé des courses d'endurance magiques. 30 mars 2016 :'(

Mes conseils pour prendre soin de votre cheval

L'alimentation du cheval


Alimentation complémentaire

Quel que soit le cheval ou la qualité du pré où il se trouve, le cheval a besoin de soins et d'une alimentation complémentaire en fonction des saisons et de son rythme de travail.

En fonction du pré, il faut toujours veiller, lorsque les chevaux sont plusieurs, à ce que chacun ait sa part et que rien ne soit gâché.

Attention aux plantes toxiques

Dans la nature les chevaux évitent les plantes toxiques. Mais en captivité dans un pré envahi de mauvaises espèces, ils risquent d'en absorber. Une pâture couverte de boutons d'or par exemple est déconseillée, ces fleurs sont toxiques si elles sont absorbées en quantité.

L'herbe rase, un régal

Les chevaux préfèrent l'herbe rase. Les plantes coriaces ou moins savoureuses ne les intéressent pas et poussent librement. Une fois qu'elles sont hautes, les chevaux ne les mangent pas. Quand il est possible, associez les chevaux à d'autres animaux, genre moutons.

Un pré doit être entretenu et enrichi !

Il faut compter un pré d'un demi hectare par cheval. Un pré riche en plantes comestibles et nutritives. Il faut en principe changer le cheval de pâture tous les mois. L'idéal serait de disposer de trois prés de façon à pouvoir établir un cycle sur trois mois.

Cheval en liberté vs dans un pré clos

En liberté, le cheval se déplace constamment et quitte la pâture piétinée et souillée pour de la nouvelle herbe. Les zones broutées peuvent ainsi se régénérer ou convenir à d'autres espèces qui ne mangent pas les mêmes plantes.

Dans un pré clos, le cheval broute et rebroute sans cesse les espèces végétales qu'il préfère laissant se développer d'autres plantes et les boude une fois qu'elles sont hautes. De plus, il piétine l'herbe et répand ses crottins un peu partout. Même si le pré est grand, ce dernier s'appauvrit et ne peut assurer la subsistance du cheval, surtout l'hiver où l'herbe ne pousse presque pas et durant les périodes de sécheresse. Lors de ces périodes, pensez à augmenter les rations de foin et de grain.

Vérifier qu'il ne maîgrisse pas

Enfin, surveillez régulièrement un cheval au pré. Camouflé par son poil d'hiver, il peut maigrir sans que vous vous en aperceviez. Passez régulièrement la main sur ses épaules, ses côtes et ses hanches. Vous pouvez mesurer tous les mois son tour de poitrine au niveau du passage de sangle.