Eleveurs de camarguais

Sites sur le camarguais

              Galerie

 Fond d'écran/Wallpaper

 Cliparts

 Gifs

 Les différentes races

 

    Conseils pratiques

 Alimentation

 Les besoins en eau

 Entretien du cheval

 Affronter l'hiver

 Les coliques

 Les petites blessures

 Annonces équestres

     Partenaires

   Les bons plans

   Annuaires de recherches    

           Liens     

         Code de la route

       Permis de conduire

      PPS gratuits et délirants

        Monde gothique

   Fonds d'écran et avatars

  Liste grossistes et fournisseurs

 

 

                  

 Le camarguais est un cheval résistant et habile qui s'est adapté depuis des milliers d'années au climat difficile et à la nourriture pauvre du delta du Rhône, où un vent violent chargé de sel fouette à longueur d'année l'herbe dure, les roseaux et la salicorne.

 L'histoire du camarguais.

 L'origine du camarguais est difficile à définir. Il vivait sans doute dans la région il y a plusieurs milliers d'années. Les peintures rupestres des grottes de Lascaux et de Niaux (15 000 ans av. notre ère) nous montrent des silhouettes très semblables à la sienne. Le camarguais porte sans doute le sang des montures asiatiques et mongoles des Ostrogoths qui écumèrent le sud de la France il a plus de 2 000 ans.

 Aux VIIème et VIIIème siècle, les vigoureux barbes des Sarrasins vinrent se croiser avec les petits chevaux locaux.

 Depuis, les troupeaux de camarguais, appelés manades, n'ont plus subi d'influences extérieures. Le camarguais est ainsi l'une des rares races européennes qui n'a pratiquement pas été modifiée depuis plus de 1 000 ans.

 La race camarguaise n'a été reconnue officiellement qu'en 1968. Depuis, des éleveurs ont créé une association et le Haras national d'Uzès contrôle les étalons. Les manades ne vivent plus aussi libre qu'avant, mais plusieurs troupeaux repeuplent la région et les gardians utilisent toujours les chevaux pour conduire et garder les troupeaux de bétail.

 Avec le développement du tourisme autour de la réserve naturelle de l'étang de Vaccarès, le camarguais a de beaux jours devant lui comme cheval de loisir.

 Caractéristiques :

 Le camarguais s'est bien adapté aux marais. Il broute les roseaux, l'herbe dure et saumâtre, ainsi que la salicorne, plane semblable à une petite algue. Le mistral qui cingle sans cesse le marais ne le dérange pas, pas plus que la canicule ou l'eau salée et glacée qui recouvre les marais l'hiver. Ses sabots durs et sains résistent bien aux longs séjours dans la vase.

 Taille :  il mesure en moyenne 1,40 m.

 Robe : gris-blanc à l'âge adulte. Les poulains naissent avec une robe moire, brune ou gris foncé.

 Caractère :  le camarguais est avant tout un cheval extraordinairement résistant, adapté à la vie des régions marécageuses et salines. Il se contente de peu et convient bien comme cheval d'extérieur car il est très agile et a un pied remarquablement sûr. Son caractère facile et son courage en font un compagnon agréable.

 La race doit avant tout rester attachée à sa région d'origine, car c'est là que ce petit cheval donne le meilleur de lui-même. De longues années de cohabitation l'ont habitué au taureau, qu'il côtoie avec le même naturel qu'un chien veille sur ses moutons.

 

 Aspect :  sa tête est lourde, son encolure courte est plantée sur une épaule verticale. Son dos relativement bref s'achève par une croupe inclinée, parfois en pupitre. Sa poitrine est profonde, ses membres sont bien formés avec des articulations solides et ses sabots sont dures que l'on ne les ferre pratiquement jamais. Son pas relevé et très vif est assez ample, mais on ne pratique pas le trot court car il est inconfortable. Par contre, le camarguais tient très longtemps un canter régulier et souple.

 

                                                                     Retour races de chevaux 

Google